Mercredi 02/10/2024

19:30 : Ouverture des portes

20:30 : Concert

Kinga Glyk

La jeune artiste qui subjugue « la bassosphère ». Kinga Glyk est véritablement un phénomène ! Révélée par une reprise d'Eric Clapton, la jeune bassiste virtuose électrise son public.

Billetterie New Morning

Présentation


Mer 02 Oct 2024 : Kinga Glyk
Kinga Glyk
Basse
Micha Jakubczak
Claviers
Pawel Tomaszewski
Claviers
Hailey Niswanger
Saxophone
Nicolas Viccaro
Batterie

Kinga Glyk

FunkGroove

La jeune artiste qui subjugue « la bassosphère ». Kinga Glyk est véritablement un phénomène ! Révélée par une reprise d'Eric Clapton, la jeune bassiste virtuose électrise son public.

À part Meshell Ndegeocello, Esperanza Spalding ou Tal Wilkenfeld, les femmes bassistes de jazz ne se bousculent malheureusement guère au portillon. Mais le petit groupe peut désormais compter sur une nouvelle virtuose pour grossir ses rangs : Kinga Glyk !

Elle est la jeune Polonaise dont tout le monde parle. Et pas seulement pour sa touchante reprise de "Tears In Heaven" d'Eric Clapton, visionnée plus de trois millions de fois sur YouTube...

Kinga n'a que onze ans lorsqu'elle demande à son père, le vibraphoniste Irek Glyk, de lui acheter une quatre cordes, et seulement dix-huit lorsqu'elle publie son premier album. Elle vient pour la première fois à Marciac en 2018, où elle a joué en trio avec une virtuosité et une nonchalance inégalée. Kinga développe un jazz inspiré des visions de son idole Jaco Pastorius. Sensible et pénétrante, riche en nuances et en groove, elle fait vibrer la corde sensible chez ses auditeurs. Sa basse raconte un florilège d'histoires personnelles qui sont le reflet de la vie de cette jeune femme très talentueuse... À seulement vingt-sept ans, elle excelle aussi bien dans les thèmes up tempo et funky que dans les instants plus posés et raffinés. Surtout, dans ses solos déjà impressionnants, Kinga Glyk n'abuse jamais de pyrotechnies gratuites et tape à l'oeil car elle sait aussi y intégrer l'espace et le silence... Déjà la marque des grands, en quelque sorte...

Production : New Morning

La jeune artiste qui subjugue « la bassosphère ». Kinga Glyk est véritablement un phénomène ! Révélée par une reprise d'Eric Clapton, la jeune bassiste virtuose électrise son public.

À part Meshell Ndegeocello, Esperanza Spalding ou Tal Wilkenfeld, les femmes bassistes de jazz ne se bousculent malheureusement guère au portillon. Mais le petit groupe peut désormais compter sur une nouvelle virtuose pour grossir ses rangs : Kinga Glyk !

Elle est la jeune Polonaise dont tout le monde parle. Et pas seulement pour sa touchante reprise de "Tears In Heaven" d'Eric Clapton, visionnée plus de trois millions de fois sur YouTube...

Kinga n'a que onze ans lorsqu'elle demande à son père, le vibraphoniste Irek Glyk, de lui acheter une quatre cordes, et seulement dix-huit lorsqu'elle publie son premier album. Elle vient pour la première fois à Marciac en 2018, où elle a joué en trio avec une virtuosité et une nonchalance inégalée. Kinga développe un jazz inspiré des visions de son idole Jaco Pastorius. Sensible et pénétrante, riche en nuances et en groove, elle fait vibrer la corde sensible chez ses auditeurs. Sa basse raconte un florilège d'histoires personnelles qui sont le reflet de la vie de cette jeune femme très talentueuse... À seulement vingt-sept ans, elle excelle aussi bien dans les thèmes up tempo et funky que dans les instants plus posés et raffinés. Surtout, dans ses solos déjà impressionnants, Kinga Glyk n'abuse jamais de pyrotechnies gratuites et tape à l'oeil car elle sait aussi y intégrer l'espace et le silence... Déjà la marque des grands, en quelque sorte...


Kinga Glyk
Basse
Micha Jakubczak
Claviers
Pawel Tomaszewski
Claviers
Hailey Niswanger
Saxophone
Nicolas Viccaro
Batterie


VOUS DEVRIEZ AIMER


Sam 29 Juin
Echoes Of

Bop and Beyond: Remembering Larry Smith

Jeu 04 Juillet
Brooklyn Funk Essentials

Bop and Beyond: Remembering Larry Smith

Jeu 11 Juillet
Mark Lettieri

Bop and Beyond: Remembering Larry Smith

Ven 12 Juillet
James Carter Organ Trio

Bop and Beyond: Remembering Larry Smith