Samedi 02/12/2023

Sam 02 Dc 2023 : Joe Sumner

Joe Sumner

Quand on le voit en concert, on n'en doute plus, même sans l'ombre de son père, Joe Sumner était destiné à la musique.

Un an avant la création du groupe mythique Police, un autre événement, peut-être encore plus heureux, venait perturber la vie du légendaire Sting : la naissance de son fils, Joe Sumner. Clairement, le garçon est né dans la musique et son statut de « fils de », comme pour tant d'autres, est une malédiction autant que la plus belle des bénédictions. Aujourd'hui, le jeune rebelle qui préférait clairement le grunge au rock populaire de son père a trouvé sa voie.

Alors que fait-on quand on doit marcher dans les pas d'une icône ? Et bien Joe Sumner a clairement choisi les chemins de traverse, les passages sinueux d'une pop-folk éclatante et lumineuse qui ne souffre ni de la lumière tamisée des scènes intimistes, ni des spots aveuglants des stades ou des arènes. A la guitare et au chant, il assume finalement ses ressemblances physiques et vocales avec son père dont il assure les premières parties comme les choeurs.

Et devant son public, guitare à la main et émotions au bord des lèvres, il chante sans retenue ses failles, ses erreurs, ses victoires. Presque un auteur-compositeur comme les autres si ce n'est ce don inné pour l'écriture. Celui qui voulait créer un groupe pour devenir le prochain Kurt Cobain a réalisé dès les premières lignes adolescentes qu'il devait « simplement écrire des chansons » s' il voulait « survivre dans cet univers ».

1ère partie : Sheitan & the Pussy Magnets

Quand on le voit en concert, on n'en doute plus, même sans l'ombre de son père, Joe Sumner était destiné à la musique.

Un an avant la création du groupe mythique Police, un autre événement, peut-être encore plus heureux, venait perturber la vie du légendaire Sting : la naissance de son fils, Joe Sumner. Clairement, le garçon est né dans la musique et son statut de « fils de », comme pour tant d'autres, est une malédiction autant que la plus belle des bénédictions. Aujourd'hui, le jeune rebelle qui préférait clairement le grunge au rock populaire de son père a trouvé sa voie.

Alors que fait-on quand on doit marcher dans les pas d'une icône ? Et bien Joe Sumner a clairement choisi les chemins de traverse, les passages sinueux d'une pop-folk éclatante et lumineuse qui ne souffre ni de la lumière tamisée des scènes intimistes, ni des spots aveuglants des stades ou des arènes. A la guitare et au chant, il assume finalement ses ressemblances physiques et vocales avec son père dont il assure les premières parties comme les choeurs.

Et devant son public, guitare à la main et émotions au bord des lèvres, il chante sans retenue ses failles, ses erreurs, ses victoires. Presque un auteur-compositeur comme les autres si ce n'est ce don inné pour l'écriture. Celui qui voulait créer un groupe pour devenir le prochain Kurt Cobain a réalisé dès les premières lignes adolescentes qu'il devait « simplement écrire des chansons » s' il voulait « survivre dans cet univers ».

1ère partie : Sheitan & the Pussy Magnets




VOUS DEVRIEZ AIMER


Mar 16 Juillet
Patrice Rushen

Mer 17 Juillet
Chief Adjuah [aka Christian Scott]

Ven 19 Juillet
Céu

Sam 20 Juillet
Butcher Brown