Les « diggers » de musique brésilienne l'adorent. Depuis qu'il a enregistré de la musique pour la première fois, en 1963, Marcos Valle n'a pas cessé de produire rare grooves, rythmes exotiques, samba, bossa, rock, funk, disco et psychedelia. Il y a longtemps que Valle n'est plus un secret de collectionneurs. Son univers sonore, débordant d'enthousiasme, est partagé par des publics de tous les âges.
Super star brésilienne, Marcos Valle s'est fait connaître au début des années 1960 en pleine vague bossa nova. Il est l'auteur de quelques classiques repris par nombre de ses compatriotes, mais aussi par des artistes anglo-saxons. Depuis les sixties, Marcos Valle n'a presque jamais quitté la création musicale et a livré des disques d'une qualité toujours constante, incorporant plusieurs styles, de la MPB (Música popular brasileira), au funk, en passant par le jazz, le rock progressif ou la pop baroque.

= Ils en parlent =

«.. Marcos Valle, avec sa musique de surfeur cool, mais tarabiscoté dans la pensée, a été samplé par Jay-Z, parce que, rythmiquement, a expliqué le boss du rap new-yorkais, les volutes de Ele e Ela n'ont pas leur égal... » (V. Mortaigne, Le Monde)

« L'artiste brésilien nous ramène dans les années 80 avec une réédition purement boogie. Depuis plus de 50 ans, Marcos Valle mélange l'héritage de la bossa nova et de la samba avec le psychédélisme, le funk, la soul et l'électro. Toujours actif à l'âge de 76 ans, l'un de ses derniers projets a été l'excellent Marcos Valle JID003, un album commun avec Adrian Younge et Ali Shaheed Muhammad explorant la musique jazz. Pour sa nouvelle réédition aux côtés du label madrilène Vampisoul, le musicien brésilien se tourne davantage vers le funk et la disco avec un projet de deux titres initialement dévoilé en 1984. Les influences boogie, soul, funk et disco mises en avant dans ces chansons ont toutes été absorbées lors du séjour de Valle aux Etats-Unis. En effet, le chanteur s'est installé à Los Angeles au milieu des années 70, fatigué de vivre sous la dictature militaire brésilienne, et a commencé à collaborer avec des artistes aussi talentueux que Leon Ware ou Chicago. « Bicicleta », ici réédité avec l'artwork original et un son remasterisé, fait appel à un collaborateur de choix, Lincoln Olivetti, autre grand nom de la musique populaire brésilienne des années 80. Le deuxième titre « Beta Menina » sortira le 21 janvier. » (Pan African Music)
+ D'INFOS
⭐ Billetterie New Morning ⭐
Billetterie Weezevent
Retrouvez tous nos podcasts sur
Mixcloud iTunes Spotify Deezer