Jeudi 13/06/2019

Jeu 13 Juin 2019 : Aldorande
Florian Pellissier
Claviers
Mathieu Edouard
Batterie
Virgile Raffaëlli
Basse
Erwan Loeffel
Percussions

Aldorande

Release Party
FunkJazz

Arraché à l'attraction terrestre sous la force du son analogique de la basse, de la batterie, des percussions, et des claviers, le quartet Aldorande fonce dans le cosmos insondable, guidé par un signal sonore et lumineux émis depuis les 70's.

Installés dans le cockpit aux côtés du Commandant de bord Virgile Raffaëlli, Mathieu Edouard, Florian Pellissier et Erwan Loeffel pavent avec lui la voie lactée de leur jazz-funk galactique.

Décidés à vivre une aventure parallèle à celle qu'ils menaient au sein d'unités communes, quatre de nos hommes se sont embarqués dans un astronef, avec pour ambition de mener en quartet cette expédition astrale.

Comme prévu, la mission s'est dès le départ parfaitement déroulée. Arrachés à l'attraction terrestre dès les premières mesures, la terre leur est très vite apparue minuscule et lointaine, avant de totalement disparaître pour laisser comètes et novas baliser l'éclairage de leur route dans l'espace insondable.

Leurs études préliminaires et poussées sur les travaux jazz-funk des 70's auront été pour eux une grande inspiration, très tôt ils ont su que cette esthétique sonique leur permettrait de voyager encore plus loin. Navigation exclusive aux instruments organiques. Sans renforts numériques ni additions digitales.

Les lignes de basse du Commandant Virgile Raffaëlli, ce sont elles qui ont guidé leur périple. Calmes mais néanmoins dynamiques pour tracer leur chemin lors des phases sans heurts, c'est commutées sur la position puissance qu'elles leur ont permis de traverser sains et saufs les zones de turbulence et les pluies d'astéroïdes. Véritables boussoles, elles ont indiqué les directions à suivre, dessiné un groove sur lequel ses fidèles et précieux équipiers se sont rivés. La batterie de Mathieu Edouard cadenassant la rythmique à double tour pour empêcher les à-coups dans le beat, mission menée en étroite collaboration avec les percussions à réactions d'Erwan Loeffel. Affairé à ses claviers, distillant harmonies et riffs de synthés et de pianos électriques, Florian Pellissier a su graisser la mécanique ou alléger l'ambiance lorsque s'élever d'encore quelques pieds semblait nécessaire.

La cohésion quasi télépathique de leur équipage aura été l'une des clés de cette réussite, cette capacité à laisser parler les émotions intérieures à partir de seulement quelques notes.

Ci-dessous, le dernière transmission que nous avons reçue :

"Désormais posés sur le sol d'une planète que nous ne connaissons pas, c'est avec le renfort ponctuel de cuivres subtils et de choeurs étherés que nous décompressons l'ouverture qui va nous révéler ce paysage inédit.

Il est à la mesure de nos attentes !... Désertique et pourtant annonciateur d'une vie prête à renaître... Chaud sans être étouffant, l'air y est parfaitement respirable... Le psychédélisme flotte dans l'atmosphère, comme une présence diffuse prompte à jaillir de la première fleur qui y poussera...

Onirique, mystérieuse, énigmatique et pourtant si familière, nous l'appellerons ALDORANDE".

Production : New Morning

Arraché à l'attraction terrestre sous la force du son analogique de la basse, de la batterie, des percussions, et des claviers, le quartet Aldorande fonce dans le cosmos insondable, guidé par un signal sonore et lumineux émis depuis les 70's.

Installés dans le cockpit aux côtés du Commandant de bord Virgile Raffaëlli, Mathieu Edouard, Florian Pellissier et Erwan Loeffel pavent avec lui la voie lactée de leur jazz-funk galactique.

Décidés à vivre une aventure parallèle à celle qu'ils menaient au sein d'unités communes, quatre de nos hommes se sont embarqués dans un astronef, avec pour ambition de mener en quartet cette expédition astrale.

Comme prévu, la mission s'est dès le départ parfaitement déroulée. Arrachés à l'attraction terrestre dès les premières mesures, la terre leur est très vite apparue minuscule et lointaine, avant de totalement disparaître pour laisser comètes et novas baliser l'éclairage de leur route dans l'espace insondable.

Leurs études préliminaires et poussées sur les travaux jazz-funk des 70's auront été pour eux une grande inspiration, très tôt ils ont su que cette esthétique sonique leur permettrait de voyager encore plus loin. Navigation exclusive aux instruments organiques. Sans renforts numériques ni additions digitales.

Les lignes de basse du Commandant Virgile Raffaëlli, ce sont elles qui ont guidé leur périple. Calmes mais néanmoins dynamiques pour tracer leur chemin lors des phases sans heurts, c'est commutées sur la position puissance qu'elles leur ont permis de traverser sains et saufs les zones de turbulence et les pluies d'astéroïdes. Véritables boussoles, elles ont indiqué les directions à suivre, dessiné un groove sur lequel ses fidèles et précieux équipiers se sont rivés. La batterie de Mathieu Edouard cadenassant la rythmique à double tour pour empêcher les à-coups dans le beat, mission menée en étroite collaboration avec les percussions à réactions d'Erwan Loeffel. Affairé à ses claviers, distillant harmonies et riffs de synthés et de pianos électriques, Florian Pellissier a su graisser la mécanique ou alléger l'ambiance lorsque s'élever d'encore quelques pieds semblait nécessaire.

La cohésion quasi télépathique de leur équipage aura été l'une des clés de cette réussite, cette capacité à laisser parler les émotions intérieures à partir de seulement quelques notes.

Ci-dessous, le dernière transmission que nous avons reçue :

"Désormais posés sur le sol d'une planète que nous ne connaissons pas, c'est avec le renfort ponctuel de cuivres subtils et de choeurs étherés que nous décompressons l'ouverture qui va nous révéler ce paysage inédit.

Il est à la mesure de nos attentes !... Désertique et pourtant annonciateur d'une vie prête à renaître... Chaud sans être étouffant, l'air y est parfaitement respirable... Le psychédélisme flotte dans l'atmosphère, comme une présence diffuse prompte à jaillir de la première fleur qui y poussera...

Onirique, mystérieuse, énigmatique et pourtant si familière, nous l'appellerons ALDORANDE".


Florian Pellissier
Claviers
Mathieu Edouard
Batterie
Virgile Raffaëlli
Basse
Erwan Loeffel
Percussions


VOUS DEVRIEZ AIMER


Dim 26 Mai
The Messthetics & James Brandon Lewis

Nouvel album : "By The Way !"

Mer 29 Mai
José James

Nouvel album : "By The Way !"

Jeu 30 Mai
Judith Hill

Nouvel album : "By The Way !"

Lun 03 Juin
The SuperSoul Brothers

Nouvel album : "By The Way !"