Festival « All Stars »
Staff Benda Bilili, la suite : Deux anciens Staff Benda Bilili reviennent avec un nouveau projet furieux, Mbongwana Star
En 2013, le fameux Staff Benda Bilili, groupe formé par des musiciens ferrailleurs handicapés des rues de Kinshasa, se sépare, après deux albums et un documentaire qui les a rendus célèbres.

Suite à la scission en décembre 2012 du STaff Benda Bilili, les membres fondateurs du groupe, Coco Ngambali & Theo Nzonza (à la base du groupe Staff Benda Bilili), étaient d'accord sur une chose : échapper à la camisole de force afro-africaine dans laquelle tout le monde essaye de faire rentrer les groupes africains. Leur rencontre avec le producteur Liam Farrell, alias Doctor L, (batteur pour Taxi Girl, The Wampas, Rita Mitsouko... et producteur pour Tony Allen, Stomy Bugsy, Assassin...) leur a ouvert la voie vers cette esthétique non conformiste qu'ils recherchaient.

Mbongwana signifie « le changement » en lingala. Et du changement, il y en a eu depuis l'aventure planétaire qu'ils ont vécue avec Staff Benda Bilili. Mbongwana Star déforme l'héritage musical de la rumba, mélange reggae, funk et soul, y ajoute une grosse pincée de post-punk « do it yourself », d'électro progressive pour expérimenter ce son si particulier et unique. Leurs chansons, chroniques de la vie quotidienne à l'humour décapant où il n'y a pas de place pour la pitié, prennent tout leur sens lors de concerts définitivement plus rock que sur album, généreux et joyeusement déjantés !

== Ils en parlent ==
Deux de ses membres, Coco Ngambali et Theo Nzonza, reviennent bien entourés sous le nom de Mbongwana Star. Et « From Kinshasa », le premier album du groupe, produit par le Parisien Doctor L, est un pur choc d'afro-électro psychédélique, le grand disque africain du moment, et du futur. (Les Inrocks)

MBONGWANA STAR, CHANGEMENT DE STAFF
Incarnation du bouillonnement artistique de Kinshasa, le groupe créé par d'anciens membres du Staff Benda Bilili mixe avec succès la rumba et l'electro.
La pochette évoque une série Z de Roger Corman, une épopée de science-fiction fauchée en noir et blanc, mais le titre, « From Kinshasa », nous emmène au cœur de l'Afrique. Et si le visuel est bluffant, que dire de la musique ? La rumba congolaise secouée d'ondes de dub, traversée par Kraftwerk ou Sun Ra, téléportée sur un dancefloor lunaire...
Mbongwana Star est né de la scission de Staff Benda Bilili, le groupe africain le plus emblématique de la décennie passée. Le manager belge Michel Winter résume la rupture, plutôt orageuse : « Fin 2012, le groupe m'annonce à Kinshasa sa décision de ne plus travailler avec moi. Dès le lendemain, Coco et Théo, les deux principaux chanteurs et compositeurs, viennent me dire : "Voici notre lettre de démission. Nous voulons lancer un nouveau groupe avec toi." Ils avaient déjà le nom, Mbongwana, "le changement" en lingala ». (François-Xavier Gomez, Liberation)

Mbongwana Star souffle son punk sur l'afrobeat
Le mystérieux groupe de Kinshasa surgit avec deux premiers titres qui mixent les rythmes congolais à de puissants arrangements électroniques.
L'Afrique n'en finit plus de ré-inventer son immense héritage musical, grâce à la technologie mais aussi au flair de quelques producteurs passionnés. Après Songhoy Blues révélés par le Africa Express de Damon Albarn l'an dernier, 2015 pourrait être l'année de Mbongwana Star, collectif congolais perçant soudainement dans le magma créatif de Kinshasa.
Mené par des vétérans du Staff Benda Bilili - un orchestre disparu qui mêlait rumba, funk et reggae -, le groupe fait la part belle aux instincts musicaux des plus jeunes de ses sept membres avec une dimension électronique très assumée. Mais c'est bien leur rencontre et le travail accompli avec le producteur de rap parisien Liam Farrell aka Doctor L. (Assassin, Tony Allen) qui semble avoir été le déclic du son unique du collectif, composé à partir d'instruments pour certains recyclés et d'un mixage sans concession. (Ghislain Chantepie, FIP)
New Morning RadioNew Morning Radio : Réécoutez le podcast de l'émission
Retrouvez tous nos podcasts sur
Mixcloud iTunes Spotify Deezer
Vos commentaires