Festival « All Stars »
L'Homme de Rio est de retour au New Morning !
Ecoutez cette voix incroyable, sentez cette énergie folle, appréciez les chansons, admirez la production ! Ed Motta représente évidemment bien plus encore que le musicien nominé aux Grammy Awards, le chanteur, l'auteur, le show man, le connaisseur ; le « Colosse de Rio » est tout ça mais il est aussi une force de la nature.
Déjà une star au Brésil dont il est originaire, quelque part entre musique populaire brésilienne [communément appelée MPB], soul, funk, rock et jazz (et également un expert reconnu pour le vin, la bière et le thé !), cet artiste de 41 ans a été repéré depuis plusieurs années maintenant en Europe, via des essais enthousiastes, des passages à la radio, -invité par des fans comme Gilles Peterson-, des collaborations avec Roy Ayers, 4 Hero, Seu Jorge, Incognito, Bo Diddley et Ryuichi Sakamoto et quelques concerts solo comme lors du North Sea Jazz festival.

Avec le fantastique « AOR », son douzième album sous son nom, Ed Motta pourrait enfin devenir une vraie célébrité de ce côté –ci du globe. C'est le bon moment et cet album est juste parfait. « AOR » est le chaleureux et excitant hommage d'Ed Motta au son « Album-Oriented-Rock » ou « Adult-Oriented-Rock » [dérivé du rock très populaire à la fin des années 70 et au début des années 80] que des groupes comme Earth, Wind & Fire, Doobie Brothers, Chicago, The Beach Boys et Steely Dan ont contribué à créer. Et surtout, c'est une collection contemporaine de chansons avec au moins autant de style que de pure mélodie. Un autre bonus : toutes les paroles (exception faite du jingle « AOR ») sur la version anglaise ont été écrites par Rob Gallagher alias Earl Zinger, l'ex-leader de Galliano et l'actuel MC de Kruder & Dorfmeister. Les musiciens qui jouent avec et autour d'Ed Motta comptent parmi les meilleurs du genre et même les meilleurs tout courts ; du légendaire guitariste américain David T. Walker à « Bluey » Maunick, le guitariste d'Incognito, en passant par des légendes locales comme Jota Moraes, Chico Pinheiro et Zé Canuto.

Des premières mesures du morceau d'ouverture « Playthings of Luv » aux chansons simplement belles comme « Simple Guy », « Dondi » ou « Smile », à l'excellent « Farmers' wife », la musique d'Ed est pleine d'une élégance énergique, de joie de vivre et de joie de faire de la musique. « Peut-être est-ce parce que je collectionne des disques depuis tout jeune », suggère Motta, qui partage maintenant son appartement près des jardins botaniques de Rio avec son épouse et ses quelques 30.000 disques. « Enregistrer en studio est pour moi l'expérience la plus géniale et la plus merveilleuse raison de faire de la musique. » C'est évident sur « AOR », aussi, de la première à la dernière note.

Ed Motta, le neveu de la star soul brésilienne Tim Maia a aussi quelques tuyaux quand il s'agit de se préparer -à juste titre- pour une écoute d' « AOR » avec style : « Avant d'écouter cet album, il faut adopter le modus vivendi et l'imaginaire AOR, c'est-à-dire mettre une chemise hawaïenne à la Magnum, enfiler une paire de mocassins sans chaussettes comme dans Miami Vice, monter dans une décapotable et rouler le long des cocotiers au coucher du soleil ; rouler à Rio de Janeiro, Los Angeles, Miami, Hawaii. Aloha ! »

Toujours sous influence funk, la légende de la soul brésilienne est de retour avec son Fender Rhodes, sa voix de colosse et les sonorités soul-jazz californiennes des seventies qui transpirent sur le disque « Aor ». (Anne Berthod / Télérama)
== Line up ==
Ed Motta (Claviers, Voix), Miguel Casais (Batterie), Laurent Salzard (Basse), Arto Mäkelä (Guitare), Matti Klein (Piano)
Prochaine(s) date(s) :
+ D'INFOS
New Morning RadioNew Morning Radio
Retrouvez tous nos podcasts sur
Mixcloud iTunes Spotify Deezer
Vos commentaires