En duo sur scène, un des plus influents contrebassistes de l'histoire du jazz moderne et un maître de la performance pianistique. Au programme : des sommets de virtuosité.
Deux monuments de l'histoire du jazz réunis depuis 2011 en un duo où alternent phases d'intimisme et de swing moderne et détonant.
Bassiste de Miles Davis à la fin des années 60, au moment du tournant électrique, partenaire dans les années 70 de Chick Corea, Sam Rivers ou Anthony Braxton, Dave Holland s'affirme ensuite comme leader de formations laboratoires où se révéleront quelques-uns des grands leaders d'aujourd'hui, Steve Coleman en tête.

Magicien de la contrebasse, Holland est aujourd'hui au peak de sa maturité, et on reste sans voix à l'écoute de sa sonorité profonde, boisée et souvent bouleversante et de l'imagination avec laquelle il déploie son phrasé, qu'il soit accompagnateur ou soliste. Le palmarès de Kenny Barron n'a rien à envier à celui de son partenaire : révélé au sein du quintet de Dizzy Gillespie dans les années 60, il devient rapidement un des pianistes les plus demandés de sa génération, de Chet Baker à George Benson, de Ron Carter à Larry Coryell, de Jim Hall à Joe Henderson ou Freddy Hubbard. Mais le moment de grâce de sa carrière restera sans doute son association avec Stan Getz : leurs albums en quartet ou en duo constituent une forme de quintessence du jazz. Un phrasé pétri de tradition, mêlant énergie bop et lyrisme cool, un toucher élégant et solide, qui se marie idéalement avec le travail de Dave Holland : un dialogue empreint de respect, et d'où toute forme de nombrilisme est absent.

Du grand, grand jazz d'aujourd'hui !
== Line up ==
Dave Holland (Basse, Contrebasse), Kenny Barron (Piano)
Vos commentaires