Chaque année, le DownBeat américain publie les résultats de son référendum. Le grand vainqueur d'un exercice qui en est à sa 58e édition est Joe Lovano, sacré meilleur ténor, musicien de l'année, alors que son Joe Lovano Us Five était élu meilleur groupe de l'année. C'est amplement mérité. "Grand maître des volutes virtuoses au saxophone, compositeur aventureux qui écrit ses albums comme d'autres élaborent une suite, musicien lyrique capable d'éviter toute mièvrerie, le talent de Joe Lovano force le respect. Des deux côtés de l'Atlantique, sa sonorité brute et son inventivité déconcertante ont semé un vent de folie dans le jazz de ces vingt dernières années"
La longévité de l'association de Joe Lovano avec Bruce Lundvall et la maison Blue Note, est légendaire : vingt ans déjà ! Avec cette joyeuse complicité (c'est lui qui le dit) s'est construit une expérience unique au long de ses rencontres, ses expériences et les nombreux projets. Le dernier en date étant une visite dans le monde musical de Charlie Parker et non pas un hommage comme il aime à le préciser lui-même.

Us Five était la parfaite bande pour attaquer ce répertoire, qui, en fin de compte, est le plus moderne et le plus gratifiant qui soit. Cette bande de joyeux et jeunes musiciens s'y attellent avec bonheur. Ce petit groupe est composé de deux batteurs percussionnistes, Otis Brown et Francisco Mela, James Weidman aux claviers et enfin, une figure déjà connue, Esperanza Spaulding à la contrebasse.

Le but de ce disque était de reconstruire ces magnifiques morceaux par l'intérieur et les prendre avec un regard de compositeur plutôt qu'interprète. Pour lui il ne fallait pas jouer comme Bird mais prendre tout son patrimoine musical en perspective : ceux qui l'avaient influencé autant que ceux qui avaient été influencé par lui.

L'idée de départ du disque s'est construite à partir de l'arrangement de Barbados fait spécialement pour un concert devinez où ? A la Barbade bien sûr. Il fallait garder l'impression caraïbe à tout prix. De même pour Donna Lee, il sort du moule classique et nous fait quelque chose de totalement différent. Dans Ko Ko, les deux percussionnistes s'en donnent à cœur-joie et lui tapissent un lit de rythmes sur lequel il s'étale avec un évident plaisir. L'autre pièce de résistance est Blues Collage joué là aussi en trio mais sans batterie. C'est un collage de trois des nombreux blues qu'a composé Charlie Parker dans lequel chacun joue un blues différent en contrepoint : lui joue Carvin The Bird, Esperanza joue Bird Feathers et James Weidman Bloomdido. Le résultat est assez jubilatoire comme un peu tous les arrangements du disque et on pourrait parler sans fin comme ça de tous les morceaux parce qu'il y a une originalité dans chacun des thèmes.

Une autre particularité de Joe Lovano, est l'usage de différents saxophones dont quelques-uns sont totalement originaux comme son soprano double, l'autochrome dans Birdyard ou son sax mezzo soprano dans Lover Man, mais dans la majorité des morceaux il conserve son fameux ténor perso.

Vous l'avez bien compris cet album est très réussit comme rarement et très jouissif. Cela tient en grande partie à la petite troupe extrêmement soudée derrière un Joe Lovano en grande forme et très en verve... Infiniment recommandable !
(www.fnac.com)
== Line up ==
Joe Lovano (Clarinette, Flute, Saxophone), James Weidman (Piano), Peter Slavov (Basse), Otis Brown (Batterie), Francisco Mela (Batterie)
+ D'INFOS
Vos commentaires