Nouveau LP : "La Nãpa"
En seulement deux albums, The Bongo Hop s'est imposé sur la scène world, grâce aux sonorités groovy et cuivrées de titres diffusés en boucle sur Radio Nova et FIP, comme « Agua Fria », « 'Tite Jeanne », ou encore « La Carga ». Porté par le trompettiste français Etienne Sevet, ce projet mêle musiques caribéennes et colombiennes, funk africain et afro beat.
Nourri de 8 années passées à Cali (Colombie), Etienne Sevet pose un regard neuf sur les métissages afro-caribéens et sa démarche est unanimement saluée par la critique. Sur scène, le combo distille ses rythmes imparables combinés à des mélodies jazzy, offrant un mélange transatlantique, aussi africain que sud-américain qui agit comme une tempête tropicale, servie par des cuivres chauds, des grooves afro, des sonorités électriques et des voix envoûtantes !

En attendant la sortie de leur prochain album prévu en 2023, The Bongo Hop revient avec un EP grand format intitulé « La Ñapa ». Prolongeant l'épopée de Satingarona Pt. 1 (2016) et Pt. 2 (2019), le groupe nous offre cinq nouveaux titres et trois remixes baignés de soleil, enfiévrés et sensuels.

Pour ce nouvel opus, The Bongo Hop s'enrichit de deux nouveaux membres qui rejoignent la formation initiale : le batteur Albert Gnanho, le bassiste Jean Tchoumi, le conguero Mario Vargas et le guitariste Riad Klaï forment une section rythmique impeccable, accompagnée d'une escouade latina, dont la saxophoniste Luisa Caceres et le clavier Vicente Fritis. Au chant, deux figures féminines incarnent ce récit aux horizons multiples : la panaméenne Yomira John, et la célèbre colombienne Nidia Gongora qui prête également sa voix à Quantic.

À travers ce nouvel EP, The Bongo Hop étend son territoire et nous transporte d'un vieux club angolais de Lisbonne à l'épicerie de quartier Caleña, de la Venise du Nord aux sables du Sahara aux côtés de ses invités : l'angolais Paulo Flores, les danois Dafuniks, et la chanteuse algérienne Souad Asia. La scène groove française n'est pas en reste, avec les collaborations des lyonnais Voilaaa (le projet du producteur multi instrumentiste Patchworks) et Dowdelin.

Le single éponyme, « La Ñapa », se traduit en argot colombien par le petit extra qui accompagne le jus de fruit acheté dans la rue, le riz ou le sucre que les gens demandent à leur tendero (épicier) lorsqu'ils n'ont pas assez d'argent. On pense aux événements que la Colombie, et Cali en particulier, ont connu en 2021 lorsque le Covid-19 et les émeutes ont replongé la ville dans la précarité et la débrouille. Nidia est la narratrice qui observe, avec une pointe d'humour, le tendero assailli par ces sollicitations...

= Ils en parlent =
Un disque pour faire monter le mercure. (Rebecca Manzoni, France Inter)

The Bongo Hop vous embarque dans sa jungle musicale luxuriante où règne une danse universelle. (FIP)

Un premier album savoureux. On attend avec curiosité Satingarona Part 2. (Patrick Labesse Le Monde)

Compositions bien troussées, la guinche funky et la suave euphorie. (Anne Berthod, Télérama)
+ D'INFOS