Côco et polyphonies
Renata Rosa est devenue une des artistes-phare de la nouvelle génération de musiciens brésiliens. Épaisse chevelure noire prise dans un turban, sourire éclatant, voix claire et juvénile aux étonnants vibratos, tourbillonne gracile sur scène, et emplit l'espace de singulières sonorités venues des tréfonds de la tradition du Nord-est brésilien.
Son premier album sorti en France, « Zunido da Mata », a été primé par Choc de l'Année (Le Monde de la Musique) en France, et, avec son deuxième album, « Manto dos Sonhos », elle a reçu le Prix de La Musique Brésilienne comme meilleure chanteuse, au Brésil.

Elle revient en 2014 avec un nouvel album, « Encantações », avec une sonorité forte et vibrante, alliée à des moments d'ultime délicatesse où le chant occupe une place plus qu'importante sur des mélodies d'une rare complexité et beauté. On retrouve aussi l'influence de récentes collaborations, comme dans le titre « Marcha do Donzel », qui a reçu un nouveau traitement des voix suite à la rencontre avec Lo Cor de la Plana (Marseille) et « Mangangá », un featuring avec la chanteuse française Emily Loizeau, co-auteur du titre.

Dans ce Brésil composite où vivent aussi l'Afrique et l'expression amérindienne, cette jeune auteure-compositrice s'est emparée de la tradition populaire à travers le côco (expression syncrétique de ces deux cultures incluant musique, danse et poésie), le maracatu rural (typique du carnaval des zones de culture de canne à sucre), le forró des bals nordestins ou la ciranda (ronde du littoral qui se joue la nuit). Avec une spécificité, l'étude des chants incantatoires des femmes caboclas (indigènes métisses). Hymen heureux que Zunido da Mata, son premier album, relate entre jeux vocaux, transe polyphonique, rabeca séculaire (violon rural dont elle joue) et pluie de cadences percussives. (Dominique Queillé – Libération)
== Line up ==
Renata Rosa (Percussions, Voix), Ana Araujo (Percussions, Voix), Leonilsio « Pepe » Da Silva (Guitare, Mandole, Viola), Hugo Lins (Basse), Helder Amendoim (Percussions)
Première partie
Du samba au féminin !
Elles chantent les sambas d'aujourd'hui ou d'il y a cent ans, nés dans les faubourgs de la « Cidade Maravilhosa » de Rio de Janeiro. Avec Samba de rosa, le samba se pare de ses plus beaux atours. La nostalgie se mêle à la joie sur les rythmes les textes pleins d'humour et de poésie. Sur un cœur de voix chaudes, l'énergie percussive des musiciennes de cette formation s'impose avec délicatesse et sans hésitation ! Mettez-vous au parfum : il y a des roses dans la roda de samba ce soir...
Vos commentaires