Electron libre, Cléa n'hésite pas à casser les codes, mêler les influences et ouvrir les portes. Elle est de retour avec « Tropi-Cléa » 2, deuxième volet d'une parenthèse tropicale ouverte en 2017.
À travers des EP (« Non mais oui » 1 et 2 et « Tropi-Cléa » 1 et 2) et les albums « Retiens mon désir » (2016) et « Nuits sans sommeil » (2019), Cléa Vincent s'est affirmée comme porte-étendard d'une scène french pop renouvelée.

Volontaire, spontanée, indissociable de son clavier, cette touche-à-tout avant gardiste joue depuis aussi longtemps que le conservatoire s'en souvienne. Avec ses textes francs et inspirés, ses mélodies aux accroches imparables et ses clips singuliers, elle a planté un décor néoromantique original, un univers dansant et sensuel qu'elle a déjà emmené sur les scènes des quatre coins du monde.

Dans l'oeuvre de Cléa Vincent se bouscule l'influence des accompagnateurs de ses oreilles d'enfant : Michel Berger bien sûr ou encore Alain Souchon, une école de chanson française nuancée avec la découverte, plus tard, de Sébastien Tellier, Connan Mockassin ou Philippe Katerine.

L'auteure-compositrice déploie une gaité communicative et une immédiateté qui lui confèrent une signature toute particulière, distillant depuis plusieurs années des tubes (« Retiens mon désir », « J'm'y attendais pas », « Château perdu », « Nuits sans sommeil » ...) qui incitent à la suivre les yeux fermés sur sa piste de danse.

Sur scène comme en studio, Cléa Vincent c'est aussi un travail d'équipe : une composition avec Raphaël Léger (Tahiti 80) et des collaborations avec les musiciens Baptiste Dosdat (basse) et Raphaël Thyss (trompette). De ce travail d'équipe ressort une grande cohérence qui s'illustre dans une pop brillante et fascinante.
+ D'INFOS
Billetterie(s)
Autre(s) billetterie(s)
  • Damn Right In Ya Ears

    La playlist de Real Muzul

    Mar 27 ► 21h00