Festival « All Stars »
Bossa Negra
Les racines de l'Afro-samba dans la lignée de Vinicius de Moraes et Baden Powell par le virtuose du bandolim, Hamilton de Hollanda et l'excellent chanteur, Diogo Nogueira.
C'est la rencontre de deux immenses musiciens brésiliens qui bien que naviguant dans des univers très différents avaient les mêmes affinités pour les racines afro-brésiliennes de la samba. Hamilton de Holanda, mandoliniste virtuose a révolutionné l'instrument en le faisant évoluer du traditionnel « choro » jusqu'au jazz. Excellent chanteur aux allures de bellâtre Diogo Nogueira est une jeune vedette de la samba à l'insolent succès populaire (3 600 000 amis sur Facebook !). Inspirée par les afro-sambas de Baden Powell et Vinicius de Moraes, leur bossa negra mêle compositions originales et reprises bien choisies.
Hormis une contrebasse et quelques percussions, rien ne vient distraire l'élégant dialogue entre la mandoline et le chant au service de la samba.

La mandoline d'Hamilton de Holanda et la voix de Diogo Nogueira : un élégant voyage vers les racines afro-brésiliennes de la samba.

Hamilton de Holanda est de ces musiciens qui contraignent le réel à se plier à leurs appétits sans mesure. Ainsi a-t-il ajouté deux cordes à son bandolim, cet instrument des joueurs de choro, et inventé la technique qui lui était nécessaire pour le soumettre à ses extravagances. L'alliance avec le chanteur Diogo Nogueira fait mouche dans Bossa Negra grâce à l'équilibre des contraires : la retenue du chant et de la section rythmique met en valeur la volubilité du bandolim dans une suite de sambas à la fois classiques et volages. (Les Inrocks)
== Line up ==
Hamilton De Holanda (Bandolim, Mandoline), Diogo Nogueira (Voix), André Vasconcellos (Contrebasse), Thiago Da Serrinha (Percussions)
Première partie
Etoile montante de la scène samba parisienne, cette Roda Parioca « hexagonale » remarquée pour ses qualités musicales et son originalité, présente son album tout 1er « Homenagem », prochainement disponible chez Universal Music. Une profonde et intense incitation à la fête et à la danse.
Les Democráticos signent un premier opus où le samba roi s’entoure de choro, M.P.B et forró. Leurs chansons (tranches de vie, histoires d’amour et portraits au ton tour à tour espiègle, mélancolique ou réaliste) sont servies par une musicalité et des arrangements lumineux. Les deux reprises figurant sur l’album soulignent le grand écart dont sont capables les Democráticos : Preciso Me Encontrar, en hommage au « Mestre » Cartola, côtoie une version inattendue du Paranoïd Androïd de Radiohead. Comme ils le chantent dans Pariocas da Gema, leur disque est un cri du cœur résonnant de Paris à Rio.
== Line up ==
Hélène Argo (Voix), Benjamin Brion (Guitare, Voix), Thomas Coeuriot (Mandoline), Michael Joussein (Trombone), Gilles Wolff (Flute, Saxophone), Antoine Dijol (Cavaquinho), Antoine Arroyo (Surdo), Julien Favier (Pandeiro), James Müller (Percussions)
Dernier(s) passage(s) au New
Vos commentaires