A 71 ans, toujours nimbé de sa voix de James Brown ghanéen, de son flow engagé et joyeux, le créateur de l'afro-rap et pionnier du hiplife joue pour la 1ere fois en France.
Le légendaire musicien ghanéen Gyedu Blay Ambolley et son Sekondi Band ont 29 albums à leur actif. « Ketan » est le 30ème. Ambolley est né dans la ville portuaire de Sekondi-Takoradi (une région appelée Ketan), dans l'ouest du Ghana, en Afrique de l'Ouest. Figure du highlife, considéré comme le pionnier du hiplife* et donc père de l'afro-rap, le multi-instrumentiste a célébré son jubilé d'argent (25 ans de carrière) en 1998.

Blay a fait ses premières armes via la flûte de son père, dès l'âge de huit ans. Il poursuit son apprentissage en écoutant Sammy Lartey et Ebo Taylor, son véritable mentor. Au cours des années 60, le jeune aspirant musicien est impressionné lorsqu'il découvre « Voice of America Jazz Hour », une émission populaire qui voit défiler des géants du jazz tels que Montgomery, Charlie Parker, Clifford Brown, Miles Davis, John Coltrane, Ella Fitzgerald, Billie Eckstie...

Ce saxophoniste, chanteur, auteur, compositeur et arrangeur d'une rare polyvalence a explosé sur la scène musicale en 1973 avec un highlife aux sonorités jazz baptisé « SIMIGWA-DO ». Il a tourné en Afrique de l'Ouest, en Europe, au Canada et aux Etats-Unis, partageant la scène avec une pléiade de célébrités : Miriam Makeba, Fela Kuti, George Howard, Angela Bofill, Norman Connors, Manu Dibango, Lakeside, Chikuzan Takahash, Ricardo Estrada ou encore Mayuto Correa.

Un brillant CV qui lui vaudra d'être récompensé de nombreux prix prestigieux, aussi bien aux Etats-Unis (il a reçu un « Lifetime Achievement Award » mais aussi un « Certificat de Reconnaissance Spéciale » des mains du gouverneur de Californie) qu'au Ghana, où il fut primé pour l'ensemble de son oeuvre lors des Ghana Music Awards en 2013.

Gyedu-Blay Ambolley a développé cette capacité à combiner un son et une mélodie uniques, avec des paroles positives, souvent drôles, pour culminer vers un résultat terriblement dansant. Un highlife aussi spirituel que récréatif, qui transcende tous les genres musicaux.

*le hiplife est un genre né de la rencontre entre le highlife et le hip-hop. En 1973, Blay Ambolley sort Simigwado, premier album incorporant un phrasé rap en langue fanti.

= Ils en parlent =
Gyedu Blay Ambolley, le highlife sous toutes ses formes
Le légendaire musicien ghanéen et pionnier du hiplife transcende tous les genres musicaux sur son 30ème album « Ketan » sur Agogo records. A l'instar de Sammy Lartey, Pat Thomas et bien sûr Ebo Taylor , Gyedu Blay Ambolley a largement contribué à l'évolution et la diffusion du highlife ghanéen. L'artiste dont la devise est « My Music is for One World, One People, One Destiny », trempe depuis 50 ans son highlife dans le groove, le jazz, le reggae, le calypso, la soca ou la pop. Ce saxophoniste, chanteur, auteur et compositeur d'une rare polyvalence a explosé sur la scène musicale en 1973 avec l'album « Simigwado », premier album incorporant un phrasé rap en langue fanti (le hiplife). Avant la sortie de l'album « Ketan », Gyedu-Blay Ambolley et son Sekondi Band viennent de dévoiler le titre détonant « Afrika « Yie » qui fleure bon l'afro-beat des années 70, boosté ici par des riffs de guitare, ainsi qu'une version jubilatoire de son titre emblématique « Simigwa-Do »
Né en 1947 dans la ville portuaire de Sekondi-Takoradi, à l'ouest du Ghana, Blay Ambolley a fait ses premières armes via la flûte de son père, dès l'âge de huit ans. Il poursuit son apprentissage en écoutant le saxophoniste Sammy Lartey et Ebo Taylor, son véritable mentor avec qui il travaillera sur nombre de ses albums. Au cours des années 60, le jeune aspirant musicien est impressionné lorsqu'il découvre « Voice of America Jazz Hour », une émission populaire qui voit défiler des géants du jazz tels que Montgomery, Charlie Parker, Clifford Brown, Miles Davis, John Coltrane, Ella Fitzgerald... (Guillaume Schnee, FIP)
== Line up ==
Gyedu-blay Ambolley (Saxophone, Voix), Isaac Krobreni Karikari (Claviers), Charles Oduro Donkor (Basse), Dominic Quarchie (Guitare), Peter Mensah Kadesh (Batterie), Justice Nii Adjiri Williams (Congas, Percussions), Fru Assah Atanga (Saxophone), Isaac Kwaku Ansong (Trompette)
Billetterie New Morning
Billetterie Weezevent
Autre(s) billetterie(s)
Billetterie Fnac
Billetterie Digitick
Vos commentaires