As des percussions et des textures, Shigeto se démarque des sonorités électroniques classiques grâce à un mélange des genres né de ses multiples sources d'inspiration, notamment le jazz.
Shigeto, le DJ maestro et improvisateur jazz issu de la nouvelle vague de Detroit
Le travail de Zachary Saginaw, plus connu sous le nom de Shigeto, représente cette nouvelle scène musicale de Detroit. Son dernier album, « The New Monday » (sorti en octobre 2017), rassemble diverses textures musicales et sonorités chères à l'artiste, issus de ses influences hip-hop, jazz et garage.

« A l'émergence de la scène techno, c'était essentiellement un public afro-américain qui venait écouter des rythmes purement électroniques. » Né dans le Michigan mais rapidement installé à Detroit (puis Londres), le DJ vient musicalement de cette ville gravement touchée par la crise industrielle et économique du milieu du XXe siècle. Shigeto replace alors dans ce contexte deux genres que tout semble séparer : la techno et le hip-hop. « J'ai le sentiment que le hip-hop et la techno ont toujours été liés dans cette ville. » Pour lui, les artistes underground ayant forgé le son historique de Motor City commencent (enfin) à être véritablement reconnus pour leur travail, plus que pour leur révolution artistique et culturelle. Il explique notamment les albums légendaires du producteur J Dilla par ce contexte, ce dernier ayant produit des sommités hip-hop influencées par la techno ou l'electronica. Avant de mentionner Danny Brown et l'influence moderne de la musique électronique sur ses propres productions.

Très fier de vivre dans un endroit aussi riche soniquement, Shigeto s'est entouré d'artistes qui l'inspirent. Avoir déménagé à Londres en 2003 en plein boom musical de la garage music et au 2-step (qui donnera naissance, plus tard, au dubstep) aura permis au jeune producteur de faire ses armes et de découvrir de nouvelles sonorités. Tadd Mullinix représente une influence particulière pour l'artiste qui s'est délecté de ses productions essentiellement industrielles. Shigeto a également gravité autour de la house de JTC, des EP's jungle de SK-1 ou encore des sonorités disco de Charles Manier.

À l'origine musicien de jazz, Shigeto sera aussi influencé musicalement par son cercle d'amis, parmi lesquels l'éclectisme résonne et lui donne accès à plusieurs genres. « Quand j'ai commencé à composer, j'ai pris conscience que jouer de la musique chaque semaine avec ce groupe de potes était une sorte de réflexion. » Du disco jusqu'à l'ambient en passant par la techno, l'émulation est avant tout collective. L'artiste a alors pris conscience de l'importance de jouer des morceaux qui ne sont pas de sa composition. C'est en collaborant avec Marcus Eliott, un saxophoniste et éducateur musical talentueux que Shigeto a pris un nouveau tournant. « Les éléments d'improvisation et de collaboration, propres au jazz m'ont marqué », déclare-t-il. Des éléments dont sa musique d'aujourd'hui a conservé l'écho, notamment par cette touche loosy présente dans « Detroit part II », « In Case You Forgot » ou encore « When We Low », morceaux composés spécialement pour le live.

Par cette approche, Shigeto vise à se différencier des performances en DJ sets habituelles. « Ce que je trouve intéressant dans la musique, peu importe le genre, c'est la fusion entre l'électronique et l'acoustique, le physique et le digital. » Shigeto est un instrumentaliste dont l'approche colle parfaitement au concept Do It Yourself. Sans rentrer dans le cliché, cette méthode de production a façonné de nombreux styles musicaux et représente de nos jours le phénomène nouveau du bedroom producing où de jeunes artistes composent dans leur chambre via du hardware spécialisé dans le home studio, et parfois la maîtrise d'instruments. En studio, Zachary Saginaw affectionne lui particulièrement l'utilisation des percussions et d'enregistrements audio, retravaillés sur ordinateur seulement pour les coupes et l'ajustement. (Hugo Mouliot, Trax)
== Line up ==
Zachary "shigeto" Saginaw (Batterie, Machines, Percussions), Marcus Elliot (Hautbois, Machines), Ian Fink (Claviers, Machines)
Première partie
La fusion unique de la Soul Funky du multi-instrumentiste Josh Dion à la batterie, synthé basse, et chant avec la touche futuriste progressive de Geoff Kraly à la basse et au synthé modulaire.
Billetterie(s)
Billetterie New Morning
Billetterie Fnac
Billetterie Digitick
Vos commentaires
Prochains RDVs
en direct du New Morning
  • Soundcheck

    Mer 14 Nov ► 19h00
    Steve Coleman & The Five Elements
    New Morning Radio
    En direct du New Morning